Acheter Prison Architect CD Key

TOUT SAVOIR SUR LE JEU « PRISON ARCHITECT »

Avec plus de 337.000 copies vendues, Prison Architect a réalisé dès son lancement plus de 10 millions de dollars de recettes. Présenté en 2012 à L’independent Games Special et disponible en téléchargement payant (28 euros environ) sur la plateforme Steam depuis le 6 octobre 2015, ce jeu captivant mérite qu’on lui accorde toute notre attention…

PRÉSENTATION DU JEU

Prison Architect est un jeu de simulation en solo qui a été conçu par l’entreprise britannique Introversion Software en septembre 2012, mais qui est sorti en France le 6 octobre 2015. Se présentant sous forme d’une interface claire et facile à prendre en main, il s’agit d’un jeu vidéo en 2D de gestion et de construction où le joueur va prendre le contrôle d’une prison de haute sécurité virtuelle (il en sera à la fois le directeur et l’architecte) dont il devra gérer les différents aspects comme la création des infrastructures, la nourriture, le gestion du personnel, le bien-être des détenus et l’équilibre financier de l’établissement.

Diverses fonctionnalités sont débloquées au fur et à mesure de l’avancée du jeu. Mais il est animé régulièrement par des bagarre de détenus ou des émeutes lorsque les besoins des prisonniers ne sont pas satisfaits (émeutes qui peuvent aboutir à la destruction de structures), ce qui remet en cause la sécurité du directeur et de l’établissement.

Le joueur doit donc veiller à aménager cette prison de manière optimisée (murs en béton, entrées sécurisées, emploi du temps pour occuper les bagnards, réduction de distances entre les bâtiments etc.) pour que les prisonniers ne détruisent pas tout et ne s’échappent pas ! Il faut tout gérer et chaque détail compte (heure des repas, qualité et quantité de nourriture, déploiement des gardes, punitions, réformes…).

SES PARTICULARITÉS

La version 2.0 du jeu est sortie le 26 août 2016 dans la version définitive. Le développement du jeu est donc terminé, mais il est mis à jour régulièrement pour corriger les bugs et sortir de nouvelles fonctionnalités. Il est inspiré de Dungeon Keeper, Dwarf Fortress et Thème Hospital et intéresse aujourd’hui plus de 1 million de joueurs. Le temps s’écoule plutôt rapidement dans le jeu et crée beaucoup de suspens car il faut construire une cellule pour les prisonniers dangereux qui arrivent dans un bus jaune.

Même lorsque la dernière pierre est posée, il faut créer la prochaine cellule pour l’arrivée des prisonniers suivants. Puis une fois qu’ils ont tous une cellule et un lit, il faut leur créer une cantine, une infirmerie, une salle de repos et des toilettes, et tout cela assez vite, sinon l’ambiance risque de se dégrader. Ne pas oublier non plus une salle de musculation, des cellules d’isolement et une chambre d’exécution.
De nouveaux prisonniers arrivant continuellement, le joueur doit agrandir la prison et il lui faut des sources de revenus pour pouvoir l’améliorer. Ceux-ci proviennent des contrats (les missions à remplir font gagner de l’argent), du travail des prisonniers (la construction d’ateliers pour faire travailler les détenus permet de changer des plaques de métal en plaques d’immatriculation, qui une fois vendues, rapportent de l’argent et d’importants bénéfices) et du nombre croissant de prisonniers (le directeur de prison gagne de l’argent sous forme de prime en fonction du nombre et de la dangerosité des prisonniers et aura même une prime pour accueillir de nouveaux délinquants).
L’argent permet ainsi d’augmenter la taille des bâtiments ainsi que le nombre d’employés pour gérer les prisonniers.
Et en conclusion, le joueur perd la partie s’il fait banqueroute, s’il perd le contrôle lors d’une grosse émeute, si trop de personnel se fait tuer, si trop de détenus s’échappent, s’il exécute des innocents ou s’il se fait virer (parce qu’il y a trop de tués: il est alors envoyé dans sa prison comme prisonnier).